Vous avez des collaborateurs en chômage partiel ? Découvrez le dispositif exceptionnel FNE Formation. En savoir plus

2050 : L’Odyssée RH – Épisode 6 : La série fiction sur le futur du travail

Rédaction Blog

Il y a 11 mois

Odysse RH

 

Note aux lecteurs : Dans cet épisode de notre série « 2050 : L’odyssée RH », nous nous plongeons dans un futur proche où les intelligences artificielles génératives ont transformé le monde du travail. Avec des avancées technologiques exponentielles et l’émergence de ChatGPT, nous allons explorer les implications de ces innovations sur le quotidien d’un salarié en 2050. Découvrons comment l’intelligence artificielle générative redéfinit les tâches professionnelles, l’apprentissage continu et la collaboration au sein des entreprises.

Bien sûr, toute ressemblance avec des faits et des personnages existants ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d’une pure coïncidence.

 

Quelque part dans le monde, à une date dont vous n’avez pas l’utilité, nous avons localisé une technologie poussée permettant de nous immiscer dans le quotidien des salariés. Ce voyage fantastique à travers les expériences de différents collaborateurs vous entraînera jusqu’aux confins du Future of Work et vous permettra de percer les enjeux de transformation des entreprises. Aujourd’hui dans notre odyssée, découvrez le quotidien de Skylar…

 

Skylar se réveilla dans son appartement ultra-moderne, baigné d’une lumière douce et tamisée. Les murs, équipés d’écrans interactifs, affichaient des informations en temps réel, tandis que les meubles intelligents s’ajustaient automatiquement à sa présence. 

 

« Bonjour Sage, quel temps fera-t-il aujourd’hui ? », demanda Skylar à son assistant virtuel ultra-connecté.

« Bonjour, Skylar. Aujourd’hui, nous prévoyons un temps ensoleillé avec une légère brise. La température atteindra 25 degrés Celsius. Le taux de pollution dans votre zone est actuellement élevé, veuillez éviter les zones très fréquentées et privilégier les espaces verts pour votre bien-être. N’oubliez pas de porter un masque antipollution pour protéger vos voies respiratoires », répondit Sage d’une voix synthétique.

 

En se préparant pour sa journée de travail, Skylar activa son miroir connecté. Celui-ci afficha son emploi du temps, ses objectifs professionnels et même des rappels personnalisés pour rester en bonne santé et équilibrer sa vie professionnelle et personnelle. Ses vêtements étaient dotés de capteurs intelligents en mesure de surveiller en temps réel son rythme cardiaque et son niveau de stress, lui fournissant des indications précieuses sur son bien-être général.

 

Image générée par  intelligence artificielle via Midjourney avec le prompt "a woman looking in a virtual assistant connected mirror, the mirror shows data and a calendar, in a natural light bathroom --v 5 --s 250"

Skylar, comme tous les citoyens de 2050, bénéficiait de la législation évoluée sur l’intelligence artificielle et les assistants virtuels. Ces réglementations garantissaient une meilleure protection des données personnelles et une transparence accrue quant à l’utilisation des informations collectées. Skylar avait le contrôle total sur ses propres données et la décision de partager ou non les informations provenant des capteurs intelligents lui revenait entièrement.

 

Respectant son besoin de confidentialité, Skylar avait configuré ses paramètres de confidentialité de manière à ce que seules les données pertinentes pour sa propre utilisation lui soient présentées. Elle se sentait rassurée par les mesures de protection mises en place, sachant que sa vie privée était respectée et que les informations sensibles étaient sécurisées. Les avancées législatives avaient permis de créer un équilibre entre les bénéfices de la technologie et la préservation de la vie privée.

 

Image générée par  intelligence artificielle via DALL-E avec le prompt "a 3d render of a futuristic ecological city, with building with vegetation"

 

En se rendant au bureau en transports en communs autonomes, Skylar pouvait observer les rues animées de la ville. La ville elle-même avait subi une transformation impressionnante pour faire face aux défis du changement climatique. Les rues étaient bordées d’arbres et de végétation luxuriante, offrant de l’ombre rafraîchissante aux passants et contribuant à la purification de l’air. Des jardins verticaux s’étendaient le long des immeubles, créant des oasis de verdure au milieu du paysage urbain. Les matériaux de construction intelligents étaient utilisés pour réguler la température intérieure des bâtiments, réduisant ainsi la dépendance aux systèmes de climatisation et les façades des immeubles étaient équipés de fenêtres qui ajustaient leur transparence en fonction de la lumière du soleil, optimisant ainsi l’efficacité énergétique. 

 

Arrivée dans son entreprise, Skylar pénétra dans un espace de travail futuriste. Les bureaux étaient modulables, s’adaptant aux préférences individuelles des employés. L’IA générative était omniprésente. Des affichages interactifs ornaient les murs des couloirs, fournissant des informations pertinentes sur les projets en cours, les avancées technologiques et les tendances du marché. Les salles de réunion étaient équipées de tables intelligentes qui captaient les discussions et généraient automatiquement des rapports détaillés.

 

Au-delà de son propre rôle, Skylar pouvait observer les changements induits par l’IA générative dans d’autres départements de l’entreprise. Les opérations de production étaient automatisées grâce à des robots intelligents et des systèmes d’apprentissage automatique avancés. Les machines interagissaient de manière fluide avec les travailleurs humains, créant une symbiose parfaite entre l’intelligence artificielle et les compétences humaines, indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise. Les décisions étaient prises avec une analyse approfondie des données, permettant des prévisions précises et une prise de décision éclairée. Les employés étaient libérés des tâches routinières, leur permettant de se concentrer sur des aspects plus créatifs et stratégiques de leur travail. 

 

Assise devant son bureau, Skylar alluma son ordinateur et son collaborateur virtuel, qu’elle avait surnommé Orion, s’anima à l’écran. Orion était un système d’assistance générative évolué, alimenté par des algorithmes d’IA de pointe. Il était son compagnon de travail personnel, capable de la soutenir dans toutes ses tâches professionnelles. 

 

« Bonjour Skylar, comment puis-je t’aider aujourd’hui ? » demanda Orion d’une voix douce et synthétique.

Skylar sourit. « Salut Orion. Aujourd’hui, je voudrais me concentrer sur la personnalisation des formations pour nos employés. Peux-tu m’aider à analyser leurs performances individuelles et à identifier les domaines dans lesquels ils ont besoin de se perfectionner ? »

En quelques instants, une multitude de données apparurent à l’écran, présentant les forces et les points d’amélioration de chaque employé. Skylar se mit à parcourir les résultats, remarquant des tendances et des lacunes communes.

 

« Parfait, Orion ! Maintenant, je vais concevoir des programmes de formation adaptés à chacun. J’ai hâte de voir comment cela va les aider à progresser. »

 

Au fil des semaines, Skylar constata les effets bénéfiques de l’IA générative sur les employés. Grâce aux plateformes d’apprentissage personnalisées, ces derniers accédaient à des contenus adaptés à leurs besoins spécifiques. Les formations étaient devenues interactives, engageantes et hyper-individualisées, favorisant ainsi l’apprentissage continu et la montée en compétences. 

 

Après quelques mois, Skylar se rendit compte que son rôle avait évolué. Elle n’était plus seulement responsable de la formation, mais une architecte de l’apprentissage. Elle encourageait les employés à développer leurs compétences humaines uniques, telles que la créativité, la pensée critique ou encore la résolution de problèmes, qui distinguent l’humain du robot. 

 

État des lieux

Dans un monde où les intelligences artificielles génératives sont omniprésentes, les salariés du futur travaillent main dans la main avec des « collaborateurs virtuels ». Ces assistants virtuels avancés, alimentés par des modèles de langage comme ChatGPT, sont capables de comprendre les besoins des utilisateurs, de répondre à leurs questions et de les assister dans leurs tâches quotidiennes. Que ce soit pour la recherche d’informations, la rédaction de rapports ou la planification de projets, ces collaborateurs virtuels offrent un soutien personnalisé et rapide.

 

Il est important de souligner que ce scénario futuriste n’est qu’une vision parmi tant d’autres possibilités. Nous sommes encore aux prémices de l’intelligence artificielle générative et des innovations technologiques qui transformeront notre façon de travailler. Cependant, il est essentiel de reconnaître que ces avancées nécessitent une réglementation et un encadrement appropriés. Les questions éthiques, la protection des données, la confidentialité et l’élimination des biais algorithmiques sont autant de défis à relever pour façonner un avenir responsable et équitable. 

 

La collaboration entre les experts en technologie, les législateurs, les chercheurs et la société civile dans son ensemble sera cruciale pour guider le développement de l’intelligence artificielle de manière éthique et bénéfique. Les discussions, les débats et les décisions informées permettront de créer des normes et des réglementations qui favoriseront un environnement technologique sûr et équilibré. 

 

Pour en savoir plus, téléchargez le rapport “IA & RH : Quand le futur du travail est en avance” , en partenariat avec Tomorrow Theory, et découvrez également :  

– Comment bien utiliser GPT-4
– Les cas d’usage actuels et à venir en RH
– Comment préparer la fonction RH à cette révolution

 

Recommandé pour vous

Réagir à cet article

Vous

Voir l'étude de cas